Club de Croisière Croisicais


Correspondance :
Hotel de Ville
5 rue Jules FERRY
BP 30
44 490 Le CROISIC


Courriel : clubcroisierecroisicais@gmail.com
Facebook : Club de croisiere croisicais

                                                                                                                                 Permanence tous les samedi de 11h30 à 13h30 à l'ancienne criée

 

AN-DRO 2016 3ème partie




Nous avons donc laissé En-Dro sous bonne garde ! Et, après avoir loué une voiture, nous partons, pour Solomons. Décidément, nous n’arrivons pas à faire sans. Le problème est qu’un des deux alternateurs des moteurs est mort. Nous avions eu le même problème l’année dernière où Bruce, l’électronicien de Spring Cove, l’avait porté chez les Amish qui l’avaient réparé pour un prix dérisoire. Nous avons aussi un ventilateur de moteur, mort lui aussi. Il est toujours possible de le changer mais le modèle a changé et ne s’adapte plus bien à sa place. Du coup, nous avons décidé de reprendre l’avion à Washington après avoir, au passage, laissé les deux engins à Bruce.
Une journée suffit pour apprécier les Niagara Falls. Rien à voir avec les chutes d’Iguazu où plusieurs jours avaient été nécessaires. Les Chutes du Niagara sont situées sur la rivière Niagara, à la frontière entre l’Etat de New-York et l’Ontario canadien. En restant du côté américain (inutile d’en rajouter sur les passages de frontières) nous partons pour les Chutes Américaines qui peuvent être vues depuis les sentiers le long de la rivière ou d’en haut depuis «l’Observation Tower», d’où l’on a une vue plongeante mais un peu lointaine.Finalement, voir l’eau au plus près est plus impressionnant car on peut mesurer la force extrême du courant.
 
Evidemment, Gilles tire des plans sur la comète pour arriver avec En-Dro aux pieds des chutes. J’imagine que nous serions refoulés largement avant d’avoir atteint l’objectif !!!
En tout cas il vaut mieux ne pas y arriver par en haut et descendre les chutes…
Le lendemain, nous partons sous la pluie pour le Horse Shoe qui est la partie canadienne des chutes. Magnifique, même sans soleil…
Il est temps de repartir si nous voulons être au rendez-vous à Solomons. Nous allons traverser la Pensylvanie en diagonale. Partie essentiellement agricole, entre Pittsburg à l’ouest et Philadelphie à l’est, sans grand intérêt touristique.
Deux choses typiquement américaines nous ont frappées :
Arrêtés un soir dans un motel, nous avons voulu aller diner au restaurant de l’autre côté de la route.
Partis à pied jusqu’au premier feu rouge, nous avons dû revenir et prendre la voiture pour traverser la route : les
trois ou quatre passages que nous avons essayés étaient interdits aux piétons. Comme on ne badine pas, ici avec les interdictions, nous avons fait nos 50 m en voiture, étonnés quand même !!!
Les américains qui votent aux présidentielles (il y a beaucoup d’abstentionnistes) défendent volontiers leur candidat à l’élection présidentielle, par exemple en parsemant leur pelouse de petites pancartes au nom de l’élu de leur coeur. Nous avons été frappés, tout le long du chemin par les pancartes Trump et l’absence de pancarte Clinton. La proportion devait être à peu près de 1/100 en faveur de celui qui, au final, a remporté l’élection. Contrairement aux sondeurs ou pronostiqueurs qui annonçaient un vote en faveur d’Hilary en Pennsylvanie, nous n’avons pas été surpris du résultat !!!
Une fois donnés nos deux appareils à Bruce, nous nous sommes dirigés vers Washington pour y prendre notre avion. Nous avons profité de l’occasion pour visiter Mount Vernon, le domaine de George Washington, entièrement créé, agrandi et mise en oeuvre par lui-même au bord du Potomac. Il se trouve près de la capitale dont Washington avait choisi l’implantation précisément pour être à côté de sa résidence ! Le président a surement bien servi son pays mais il s’est arrangé au passage pour être bien servi lui-même… Nous avions voulu nous y arrêter quand nous avions remonté le Potomac vers Washington mais notre bateau, frappé par la foudre n’avait plus de sondeur et les guides signalaient un tirant d’eau possible trop juste pour y aller à l’aveuglette.
Cette fois ci, notre trajet nous fait passer devant, c’est donc l’occasion rêvée.
 
Très belle propriété qui a été sauvée de l’oubli par un groupe de femmes patriotes américaines qui se sont dépensées corps et âme pour lui redonner la place qu’elle méritait dans l’histoire de la nation.
Actuellement, la majorité des bâtiments a été restaurée, aussi bien la maison principale que les nombreux bâtiments annexes : écuries, étables, ateliers, forge, lavoir, hangars, moulin, distillerie, etc. Les jardins v sont également soignés minutieusement. L’appontement a été reconstruit et, apparemment, l’accès a été dragué depuis notre premier passage puisque un gros bateau de croisière y a accosté !La plantation, très prospère et auto-suffisante autrefois, grâce à une nombreuse population d’esclaves, est devenue aujourd’hui une entreprise bien huilée, reposant entièrement sur le tourisme puisque c’est aujourd’hui le site le plus visité des USA.
Nous y serons restés une journée entière. Excellente façon de finir notre séjour. Prochaine destination : Le Croisic, d’ici deux jours…
L’année prochaine, nous devrions, avec En-Dro démâté, faire un «circular tour» sur les canaux canadiens : Lac Ontario – Montréal par le Canal Rideau puis Rivière Richelieu et Lac Champlain jusqu’à l’Hudson et retour dans l’Ontario par le Canal Erié.
                                                                                                                        Hélène et Gilles



Créé avec Créer un site
Créer un site