Club de Croisière Croisicais


Correspondance :
Hotel de Ville
5 rue Jules FERRY
BP 30
44 490 Le CROISIC


Courriel : clubcroisierecroisicais@gmail.com
Facebook : Club de croisiere croisicais

                                                                                                                                 Permanence tous les samedi de 11h30 à 13h30 à l'ancienne criée

 
 

JABADAO PERIPLE

Abécédaire du périple 2018 de Jabadao

A comme Apéros, c’est bien connu, ils sont importants sur les bateaux. D’ailleurs, c’est curieux, mais le Ricard est bien meilleur au large !
 
B La rade de Brest: on la connaît bien, on adore, mais cette année le séjour a été contrarié par la météo. Alors que la fin de la canicule offrait chez nous et un peu partout des températures agréables, nous avons eu du crachin, du froid et beaucoup de houle. On n’avait jamais vu les bateaux autant danser dans les ports de Camaret et du Vieux Château. D’ailleurs le Lundi 13 aout très motivés on décide de quitter la marina du Château  pour passer le Raz de sein ! C’est sans compter  sur l’absence de vent, le crachin et une houle pas possible, Jabadao lève son nez et tape ! Ca nous fait mal pour lui. On s’arrête à Camaret pour y rester deux jours. Le 15 aout, l’équipage est content et navigue à la voile  pour arriver directement à Loctudy.
Dommage, feu d’artifice raté : le 14 c’était à Loctudy et le 15 à Camaret !!!
 
 C La fameuse Croisière Pen Bron évidemment.. Samedi 23 et dimanche 24 juin : Belle météo: du soleil, du vent, pas de mer. On marche à 7 nœuds, Jocelyne à la barre est super contente.
 
D comme Douarnenez. Le 4 aout lever 5h45 départ d’Audierne à 7h.Gris, humide, froid  (c’est la canicule partout en France !) pour passer le Raz de Sein. On est au près serré, mais…on est à la voile. A peine amarrés à Douarnenez: soleil, grosse chaleur!!
Le Dimanche l’équipage fait une grande balade  jusqu’au port de pêche pour voir le nouveau bassin qui est vide! Plein de gens pêchent et rejettent ce qu’ils appellent des maquereaux espagnols, ils sont plus mous que les français ! Nous en pêcherons 2: une fois cuits, nous ne faisons guère la différence.
 
E comme la Croisère Enchantée . A Port Louis, le  Mardi 21 Aout à  l’heure de l’apéro, on entend des chants de marins. On repère la Bernique d’ Hoëdic puis Putain de Spi. Alors là, on se dit que Marie France est dans le coin. On ferme le bateau et on se rend dans le bistrot sur le port. Et oui, c’est la Croisière En-hantée qui est là. Joyeuses retrouvailles avec Georges, Régis, Claude et certains chanteurs que l’on connaît. Ils nous annoncent qu’ils finissent cette croisière le vendredi soir à Piriac et qu’Ar Vag donnera un concert sur le port le samedi. On se dit qu’on y sera !
 
F comme la Fête bretonne les Filets Bleus à Concarneau. Jabadao s’était arrêté à l’aller à Concarneau pour faire du shopping, le Mercredi 25 juillet
Nous qui n’aimons pas trop trainer dans les magasins, sommes venus à Concarneau pour la boutique « Mer et Montagne » dans laquelle nous achetons nos vestes de pluie : une belle orange pour Alain (aux couleurs de la SNSM !) et la même que celle que j’avais en rouge pour moi. Puis on fait d’autres boutiques, Alain s’achète des shorts, des chaussures de mer et on finit par la coutellerie pour un beau grand couteau pour…le CCar.
 On revient à Concarneau le Samedi 18 aout pour assister à la Fête Bretonne: les Filets bleus.
L’après midi on va voir les stands et on assiste au spectacle  très drôle des «Biches cocottes»: ce sont trois chanteuses et comédiennes qui parodient certaines chansons de marin. Le  Dimanche 19 aout on assiste à la grande parade et découvre la présence du Cercle Celtique du Croisic. L’après midi on va les voir danser et les saluer. Puis on tombe nez à nez avec l’équipage du P’tit Saulnier. Claude surnommé «le banquier déplumé, du temps où il habitait Guérande  en temps que membre du CCC participait à beaucoup de manifestations. On est tous vraiment très contents de se retrouver, du coup on ne se quitte plus: apéro, dîner impromptu sur le P’tit Saulnier et on va voir ensemble le feu d’artifice (enfin un!) magnifique.
Et F aussi comme Foleux, on y a passé un beau week end, bien tranquille puisqu’on a découvert qu’il n’y avait rien !  Juste un bar restaurant, on y a bu un petit coup de vin blanc, histoire de le faire travailler, mais honnêtement, fallait-il une excuse ? 
Et tant qu’on y est F comme feu : le Mercredi 29 aout dans la Saline, au fond du port du Palais, après déjeuner, un incendie se déclare sur un bateau voisin, nous donnons un extincteur et l’artisan qui travaille sur le bateau nous remerciera généreusement.
G Ile de Groix. Comme on y avait fait escale l’an passé, l’équipage avait décidé de remonter avec arrêt à Port Louis, Concarneau, mais pas Groix. A l’annonce de l’escale prévue à Groix pour Ribiero et K’élydé,  Jabadao n’a pas résisté à l’idée de rencontrer les petits copains. Le Lundi 23 Juillet, grande nav en matinée : Port Louis-Groix. Super beau temps, bain pour la matelote et apéro sur Ribiero, dont les passagers n’étaient autres que François et Malou !
 
 H comme Homards: Aux Viviers de Loctudy, les langoustines sont chères, mais les homards de 500g (il leur manque une pince) sont à 10 euros pièce, l’équipage en mangera à l’aller et au retour. A noter aussi que le Super U ramène en camion les achats et l’équipage. L’équipage adore Loctudy pour les homards, mais aussi pour la pêche à la palourde: 120 à son actif le  28 juillet    avec le skipper de Ribiero qui à lui tout seul en a presque pêché autant ! De plus  un rassemblement de voitures anciennes a ravi tout le monde.
 
I comme Incontinence: et oui, c’est un problème d’âge! Mais pas pour nous…pour Jabadao: 36 ans! Peut être que c’est comme pour les chiens, il faut un multiplicateur pour trouver l’âge à référence humaine. Bref ! Cette année Jabadao s’est oublié de partout: fuite au hublot au dessus de notre couchette. Par deux fois Alain s’est réveillé avec de l’eau sur le nez, déménagement dans la couchette avant. Enfin, il a réussi à colmater. Ensuite c’est l’eau douce qui a un peu envahi les fonds, d’abord parce que cet hiver il était en arrière, l’eau est revenue dès qu’on a navigué, ensuite on a eu une fuite sur le tuyau de remplissage. Enfin, un collier  du presse étoupe a cassé. Avec le skipper de Ribiero, Alain a réussi à en mettre un autre provisoire qui a réduit un peu l’arrivée d’eau de mer, mais on en était quand même à deux seaux par jour , malgré le travail de la pompe régulièrement sollicitée.
 
J comme Jabadao  qui n’est pas toujours content; Il a un concurrent sérieux: le Camping Car, déjà une année, sous prétexte du voyage en Laponie, Jabadao n’a été mis à l’eau qu’en Aout. Cette année, mis à l’eau le 19 juin, avec une belle nav  à plus de 6 nœuds sous G.V seule pour la Turballe, le 10 juillet à 9h30 Jabadao a été ressorti de l’eau. La nav a eu un gout de trop peu! Rangement, nettoyage. 14h30 départ de l’équipage  pour le Croisic.  La veille le ccar était déjà sur le parking du port d’Arzal. Après une soirée chez Michelle à Arthon, c’est le  départ pour Grenade chez Soizic qui fête ses 50 ans.
Vendredi 13: préparation de la fête. Le soir on est déjà une trentaine.
Samedi 14: on est une soixantaine à jouer le jeu des défis. On ne se connaît pas tous et on est répartis en groupes : les bricoleurs relèvent le défi de construire un bar dans l’après midi, les cuisiniers préparent des tartes Tatin pour le dessert du soir, la chorale prépare deux chants, un groupe réalise une fresque, les photographes traquent tout le monde et moi, j’invente l’histoire de Momo et Josette qui partent en vacances pour la première fois en glissant toutes les anecdotes que les uns et les autres m’ont racontées, c’est le défi des  explorateurs . Car le thème de la fête est le voyage: on est donc tous costumés en conséquence, Soizic en hôtesse de l’air! Chacun doit amener un plat de ce thème, le dîner sera exotique.
Le Dimanche midi on mange les restes et on s’active car il faut rendre la salle municipale, propre à 16h.
Un petit tour par la piscine avec les garçons (moi, pas Alain!) et nous voilà une petite dizaine devant la télé pour la finale de foot.
Lundi 16 On part à Hendaye où je fais la surprise à mon fils de lui souhaiter son anniversaire de vive voix et on visite son nouveau restaurant Italien: la Trattoria de la Nonna.  Surprise: Nolwen est là!
Mardi 17: retour au Croisic: Corine et Pascal sont à la maison, on va rester avec eux, bien sûr, le Mercredi: balade dans la Presqu’Ile
Jeudi 19 Juillet: remise à l’eau de Jabadao qui se languissait !
Le Vendredi : on transvase du Ccar à Jabadao : les vivres, le linge et les affaires de toilette et à 17h on remise le Ccar dans son hangar.
Le samedi, c’est le passage de l’écluse et route à la voile pour Port Haliguen. Les aventures maritimes reprennent !
K comme Kouing Aman. Parfait pour le régime sans sucre du skipper! Mais l’équipage n’a pas résisté! Trois sur tout l’été, ce n’est pas non plus un excès de gourmandise! Le Meilleur a été à Douarnenez pour l’anniversaire du skipper, après le plateau de fruits de mer, le tout dégusté à bord!
 
L comme Lesconil: nous aimons ce petit port récemment ouvert à la Plaisance et j’y ai trouvé un vrai marché avec des petits producteurs,  les tomates ne sont pas forcément bien rondes, les courgettes sont un peu tordues .mais tout est bio et pas cher.
 
M comme Multicoques: Le Vendredi 31 aout partis  de Belle Ile pour rallier la Trinité, on a croisé beaucoup de beaux multicoques. Arrivés à  la Trinité, on se rend compte que le port est plein, il reste  une place, mais trop petite pour Jabadao qui repart pour le Crouesty. Dommage. On a dû rater un sacré spectacle.
 
N comme Nœuds: Le passage du Raz de Sein est toujours impressionnant, au retour, le 15 aout  fin de très grande marée, coef 98, on dépasse les 10 Noeuds avec le courant, puis, toujours au dessus de 7 nœuds. Ca marche tellement bien, on est tellement contents qu’on snobe Audierne et file direct à Loctudy.. Gris, froid mais.pas de pluie
 
O comme où ont-ils donc la tête???  Le Jeudi 26 juillet Conséquences de l’apéro prolongé la veille? Je mets, le café mais pas l’eau dans la cafetière…. ! On quitte Concarneau à
10h15:un peu de voile, beaucoup de moteur. Arrivée à Loctudy à 13h15 en oubliant de mettre les pare battages d’un côté, de l’autre ils sont sur le pont, Alain lâche un petit bout qui tombe à l’eau……
 
P comme le Palais. Décidément, il est difficile d’entrer dans le port du Palais: le  Mercredi 22 Aout, on quitte Port Louis pour la Trinité, mais ça marche si bien sous spi qu’on décide de ne pas virer pour passer la Teignouse et d’aller direct au palais à Belle Ile. Arrivés dans le port, on est obligés d’attendre, ils ferment la passerelle deux fois devant nous, ne laissant passer que 4 ou 5 bateaux à chaque fois. Une fois dans le bassin, on a beaucoup de difficultés à faire demi-tour pour se mettre dans le sens du départ. Les gars du port aident, mais pas tous les bateaux ! et donc pas Jabadao, on se met à couple.
Le Mardi 28 aout .Départ à 12h  du Crouesty pour le Palais, Claudine, notre équipière occasionnelle (8-10 jours tous les ans) ayant envie d’aller à Belle ile. Le matin je téléphone pour savoir s’il y aura de la place dans la Saline, on me dit de demander en arrivant dans le bassin et que la porte n’ouvrira qu’à 17h30. On arrive devant le port à 17h10. je demande confirmation de l’horaire par VHF. Zoom en attente et  amarré le long de la Citadelle nous propose de nous amarrer à couple. Mais c’est sans compter la sortie du ferry, puis l’entrée d’un petit cargo. Un zodiac du port nous empêche d’entrer, on est au moins une quinzaine de bateaux à tourner devant le port A 17h30 ils nous laissent entrer, mais la passerelle est déjà refermée à 17h35 et le reste longtemps. On apprendra plus tard qu’un bateau est tombé en panne dans le bassin. Alain maintient Jabadao presque sur place avec un petit coup en avant, un petit coup en arrière, les autres bateaux dont Zoom faisant des ronds dans l’eau. Quand la passerelle s’ouvre, un bateau entre, celui qui est  devant nous se met en travers sur le côté et du coup, la voie est libre. Donc on entre dans le bassin, il reste de la place dans la Saline on y va (En fait il y avait deux places, nous avons pris la seconde). De plus la météo annonce des orages pour cette nuit, ils font rentrer dans le bassin tous les bateaux amarrés dans l’avant port. C’est un beau bordel!
Zoom se retrouve à couple dans le bassin.
 
Q comme Quel singe! le Lundi 3 septembre,  arrivée à Arzal à 10h et là changement de rythme, c’est le  déshabillage rapide  de Jabadao, mais le génois refuse de descendre (encore envie de naviguer?) Alain grimpe deux fois dans le mât ce qui lui permet de démontrer que malgré son grand âge, il sait encore faire le singe !
           
R comme Rencontres Réussies et Ratées. Dans les Réussies: à peine arrivés à Concarneau le Mardi 24 juillet On rencontre d’anciens croisicais  Jacques  et Christa, un jeune du CCC, puis Jacques et Bea qui nous invitent à l’apéro sur leur bateau. San Youen.  
On avait bien dans l’idée de croiser Ribiero et K’élydé . Finalement on les retrouve à Groix le 23 juillet, puis à Loctudy les 28 et 29, on va ensemble à Ste Marine le 30. Et le 22 Aout à 22h, alors qu’on est dans le port du Palais à Belle Ile et à couple, ça frappe: le skipper de Ribiero nous a repérés, un petit dijo. Et le lendemain midi apéro sur Ribiero en famille !
C’est aussi  avec bonheur que nous avons retrouvé notre copain pêcheur Claude à Camaret.
Pour les Ratées: le  Jeudi 2 Aout, on quitte Lesconil pour Audierne et aperçoit au loin Lattaros qui revient d’Ecosse. On croise Patsy sans réaliser que c’est lui. Je réponds machinalement au salut chaleureux et ne réaliserait qu’avec un SMS qu’on vient de le croiser.
 
S comme Soirées de rêve: On en aura eu beaucoup cette année, dont une particulière: après une belle journée à la voile depuis  la Turballe le  Dimanche 1er juillet, on vit  une soirée exceptionnelle : bonne température chaude,  un port silencieux, un beau coucher de soleil avec un ciel tout rouge et…la voisine sort sa harpe.  La musique se mêle, alors,  à la quiétude du soir, c’est magique.
 
T comme la Trinité. le Mardi 3 juillet, on quitte Port Haliguen à12h pour la Trinité sous génois seul. A plus de 5 nœuds. On arrive à 14h.Contrairement aux autres années, on est bien reçus: un canot nous accueille et le personnel du port nous aide à l’amarrage. On a rarement vu autant d’étrangers à terre et en bateau surtout des hollandais, des allemands et des anglais.
Le Mercredi  c’est la redécouverte du Centre de la Trinité: ses ruelles, son église, c’est vraiment une belle  petite ville bretonne, bien fleurie.
 
U comme Un seul regret : cette année pas de mouillage ! le moteur de l’annexe étant tombé en panne à Foleux et Alain n’ayant pas réussi à le réparer, l’équipage n’a pas eu envie de ramer !
 
V comme Vague de poissons : le  Vendredi 31 aout, ayant été refoulés de la Trinité nous filons sur le Crouesty. .En route, nous assistons à  un spectacle inédit pour nous: des vagues créées par des petits poissons, elles sont longues, lumineuses  et nombreuses.
 
W comme WC? RAS
 
X comme Xanthophile: rien à voir avec Jabadao !
 
Y comme San Youen. L’équipage de Jabadao aime trainer. Les apéros, les dîners souvent se terminent tard, mais il est battu par l’équipage de San Youen. A Concarneau  l’apéro commencé à 20h se termine à 23h!!!
 
Z comme Zoom: le dimanche 8 juillet, on est à Foleux, pour être tranquilles, on est tranquilles avec l’impression d’y être tout seuls! Le soir l’équipage de Zoom vient nous rejoindre en voiture pour un dîner fort sympathique. La rencontre au Palais au mois d Aout  est ratée ! Dommage !



Créer un site
Créer un site